5 livres québécois à acheter le 12 août

Il pleut des livres! Chaque 12 août, nous célébrons la littérature québécoise et l’encourageons avec un achat. C’est un beau moment de partage, de découvertes et de sensibilisation. Non, on ne vous demande pas d’acheter que Québécois 365 jours par année, mais le 12 août, c’est le moment de faire un petit geste. Perso, je suis une grande lectrice, même si ça ne parait pas depuis quelques mois. Eh non, la fidèle lectrice que je suis n’a pas terminé un seul livre depuis… probablement février ou mars.

Il est bien temps que je m’y remette. Pour ce faire, je vous partage cinq livres qui sont soit dans ma bibliothèque et attendent patiemment que je les lise soit dans ma liste de souhaits. Nous n’avons jamais assez de livres. J’espère qu’ils vous inspireront pour vos achats.

Créer le meilleur de soi – Manon Lavoie

La créativité, ça me parle. Je suis une fille créative en tout point et j’adore tout ce qui peut la stimuler. Ça fait quelque temps que j’entends des commentaires hyper positifs sur le livre Créer le meilleur de soi. Rien d’ésotérique ici, juste un univers sans pression.

Dans Créer le meilleur de soi, elle nous guide vers le plaisir de créer quelque chose de nos mains sans pression de performance ni recherche de perfection, dans le but de nous réapproprier notre pouvoir personnel et faire de notre vie une oeuvre pleine de sens et de joie. – Éditions Druide

Sarah-Lou, détective (très) privée – Audrée Archambault

Vous dire à quel point je suis fière d’Audrée. Audrée, ça fait plusieurs années que je la connais ou que je la croise dans divers événements. J’adore sa progression et ses projets. Elle mérite tout ce qui lui arrive. Ses idées se sont concrétisées et elle offre une série jeunesse très divertissante. J’ai vraiment hâte de m’y mettre.

Sarah-Lou veut toujours tout savoir et tout comprendre. Quand elle tombe un matin sur des policiers dans son école, elle pressent que quelque chose de grave s’est produit. Son flair ne la trompe pas : le laboratoire d’informatique a été saccagé et tous les professeurs semblent très inquiets. N’hésitant pas à braver le danger, la jeune intrépide va mener l’enquête pour découvrir le terrifiant secret qui se cache entre les murs de son établissement ! – Éditions de la bagnole 

Sam perd la carte

Un peu de chick-lit? Sam perd la carte semble être un roman drôlement divertissant avec son humour et ses péripéties. Il n’y a que des critiques positives sur ce dernier et ça me donne vraiment envie de lire ce livre. D’ailleurs, il est présentement dans ma bibliothèque. Ce sera peut-être ma prochaine lecture et de suivre Samathan Jolicoeur dans ses aventures.

La vie de Samantha Jolicoeur, une jeune femme à la personnalité colorée, déraille. Ses amours, sa vie professionnelle, son appartement, ses relations avec sa famille, tout va de travers. C’est après avoir fait ce constat qu’elle démissionne de son travail sur un coup de tête et achète un billet d’avion. Elle laisse tout derrière elle dans le but de fuir ses problèmes et de rendre sa vie beaucoup plus excitante. – Éditions Hurtubise

Pivot – Marie-Ève Cotton

Ce livre a quelque chose d’intriguant. Je ne crois pas qu’il faut s’attendre à des fleurs roses et des arcs-en-ciel, mais plutôt à une lecture complètement déstabilisante dans un univers particulier.

Dans l’unité psychiatrique de l’hôpital Sainte-Marie, à Montréal, Hadrien Jalbert, alias Pivot, attend la fin d’un énième enfermement injustifié manigancé par l’organisation secrète qui le persécute depuis des années. Ses compagnons d’infortune, eux, sont bel et bien fous. Il y a Jésus, un jeune Haïtien persuadé d’être le Christ, le Chat de ruelle, clochard sans âge qui converse avec des gnomes invisibles, Jonathan Livingston, interné après avoir voulu s’envoler du pont Jacques-Cartier et, surtout, Mary, une Inuite du Nunavik hantée par les mourants qu’elle entend hurler dans les murs. Pivot, qui doit son surnom à son éloquence, ne trouve pas les mots pour la réconforter. – VLB Éditeur

Les p’tits détours – Marie-Joëlle Pratte

Ce livre n’existe pas «encore», mais l’auteure est en pleine campagne de financement pour être en mesure de s’autopublier. L’autopublication demande beaucoup de courage et de gestion. La proposition de son livre est vraiment intéressante, il est LE livre qu’elle aurait voulu lire lorsqu’elle a réorienté sa carrière. Il traite aussi des relations mères-filles. Vous avez jusqu’au 5 septembre prochain pour l’aider à réaliser son rêve! Go!

Les p’tits détours est loin d’être un roman centré autour d’une autre histoire d’amour qu’on a déjà lu 1000 fois. Il traite des relations familiales mères-filles et de la façon dont elles sont vécues par deux sœurs très complices malgré leur grande différence d’âge. L’histoire tourne donc autour de ces trois personnages féminins forts aux tempéraments distincts. Toutes trois sont à la recherche du bonheur professionnel et feront face à de nombreux défis avant de trouver leur voie. Mon roman dresse donc un portrait réaliste d’une famille à laquelle on peut tous s’identifier et du lien profond qui les unit malgré l’adversité, la maladie, la distance et leurs crises identitaires.  – Marie-Joëlle Pratte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.