Shania Twain un flop annoncé?

Photo : NPR

En 1997, une jeune Ontarienne au passé difficile obtient un succès commercial avec son 2e album The woman in me, réalisé par Robert Mutt Lange – avec qui elle s’est mariée en 1993 -, après un premier opus éponyme en déca des attentes. Elle ébranle la musique country avec une touche pop jamais vu.

En 2017, la reine du Country Pop lance un nouvel album après plus de 12 années de silence musical – si on exclus la chanson Your day is today en 2011 -, un divorce pénible, un nouveau mariage et des problèmes de santé. Le premier extrait Life’s gonna get good polarise. Plusieurs l’encensent, d’autres le détestent. Véritable vers d’oreille, cette chanson aux instruments synthétique et rempli d’autotune atteint les palmarès. Mais, c’est loin d’être du « vrai » Shania Twain.

Photo : Whiskey riff

Les 15 premières secondes du deuxième extrait Poor me offre une lueur d’espoir…un son peu country, mais invitant. Ça se gâte lorsque sa voix – fortement différente de celle qui a mené à son succès – débute. La descente continue lorsque le rythme de la chanson chance, sans logique.

Toutefois, il ne faut pas oublier qu’elle-même dit que son prochain album sera un peu «schizophrène» musicalement parlant. Le point commun de toutes ce chansons, c’est elle. Vrai qu’il n’y a aucun mal à changer de style. Mais, encore faudrait-il que ce matériel soit bon.

Déception

Ces deux titres amènent une grande déception, un sentiment d’acharnement d’une tentative d’atteindre de nouveau le firmament. De revenir au top des palmarès et à la gloire d’antan. Je n’ai rien contre les retours. Je les salue même. Bon nombre d’artistes ont réussi leur retour après de longues années d’absences, mais jusqu’ici, ça ne semble pas être le cas pour moi concernant la chanteuse canadienne.

Photo : Billboard

Impossible de juger l’opus complet sur deux morceaux seulement. Probablement que la horde de fans de la chanteuse canadienne se ruera sur iTunes et dans les divers magasins pour se procurer la nouvelle galette que plusieurs d’entre nous attendaient. Mais force est d’admettre que contrairement à Garth Brooks, le lustre de Shania Twain est bien derrière elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.