Il était une fois Robby Johnson

Il était une fois un père de famille, un mari, un ami, un fils, avec une voix spectaculaire et un talent inné. Représentant sur la route, il reçoit un cadeau inestimable de sa belle-famille, le «pire» cadeau selon lui, une session dans un studio d’enregistrement. Lui, chanteur? Jamais. Il n’est pas un chanteur. Mais il y va tout de même, sachant très bien le prix d’un tel cadeau. Quelques-unes de ses compositions prennent vie, il dépose le tout sur YouTube pour garder un souvenir, sans attentes et c’est là que l’histoire de Robby Johnson prend son envol.

Robby Johnson
Source : Journal de Montréal

De Saint-Georges de Beauce à Nashville, ce chanteur bien de chez nous perce au pays de l’oncle Sam, tout en n’oubliant jamais d’où il vient. La preuve? Il vient d’effectuer une petite série de spectacles au Québec (dont un à Montréal), comme il l’avait fait aussi en décembre dernier au Capitole de Québec.

Pour la petite histoire, j’ai rencontré Robby à deux reprises avant d’assister à un de ses spectacles. Une fois dans le cadre de mon travail (la journée de ma fête) et une fois à Nashville, au Fan fair X, lors de mon passage au CMA Fest 2016. J’étais donc plus que dû à le voir donner son show, parce que même s’il livre une performance du tonnerre musicalement parlant, on ne peut passer sous silence son talent sur scène pour interagir avec son public et raconter plusieurs anecdotes.

Robby Johnson au Théâtre Corona

Au Théâtre Corona, vendredi dernier, c’est un chanteur complet poussant la note sur ses compositions originales, celles de son plus récent album et quelques titres bien connus de la musique country qui était devant un public, petit, mais en liesse. Sans oublier une merveilleuse interprétation d’une chanson du King Elvis Presley.

Ce soir-là, il a aussi glissé dans sa liste la chanson mythique Country road. Morceau sur lequel il était accompagné de l’auteure-compositrice-interprète québécoise Treecy McNeil. Cette dernière nous a littéralement jetés par terre (mon père et moi) par son talent. J’en avais des frissons. C’est assurément une belle découverte pour ma part que je continuerai de suivre dans les prochaines années.

Robby Johnson au théâtre Corona avec Treecy McNeil
Robby Johnson et Treecy McNeil Crédit : Robby Johnson fanclub

Ce spectacle, c’était un beau moment avec mon paternel qui adore la musique country, mais qui n’a pas grandes occasions d’assister à des spectacles de ce genre. La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre dit-on. On a assisté à une soirée intime. Où la musique nous était livrée sans grand artifice et nous a laissé la joie d’apprécier tout le talent que Robby possède ainsi que les musiciens qui l’accompagnaient. Ça m’a rappelé pourquoi j’aime tant le country et l’importance de cette musique dans ma vie. C’est le genre de soirée que je vivrais à l’infini.

Mon souhait pour Robby, c’est que le succès continue de rencontrer sa route. Que les foules grandissent de plus en plus et que son rêve ne connaisse pas de fin.

Il était une fois, un père de famille, un mari, un fils et un chanteur country. Un homme qui a tout à gagner et rien à perdre. Une personne bien de chez nous qui mérite tout le succès qu’il connaît à Music city au coeur de la musique country.

P.S Voici la chanson qui a dévoilé Robby au grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.